Accueil Critiques A propos d’Alice Munro

A propos d’Alice Munro

Commentaires fermés
0
21

Bonjour

Merci pour cette soirée riche en discussions autour des nouvelles d’Alice Munro qui n’ont pas fait, et de loin, l’unanimité .
et c’est heureux ,dans l’idée de défendre mon choix je vous envoie une chronique écrite à une autre occasion remaniée puisque vous avez lu les nouvelles et afin de coller à notre actualité .
Quelques mots sur Alice , nouvelliste reconnue par le jury des Nobel en 2013

ce prix qui lui a été décerné a fait au moins un jaloux , Bret Easton Ellis qui rageur a aussitôt twité
«Alice Munro est un écrivain surestimé et maintenant qu’elle a obtenu le Nobel, elle le sera toujours. Le Nobel est une blague, ça l’a toujours été.»

ceci pour la petite histoire .

Évidemment l’un et l’autre ne puisent pas leur inspiration à la même source .

Chez Alice, il est surtout question d’histoires de femmes, elles en ont la 1ere place

La 1ere de ce recueil, nous conte un drame effroyable ’Alice Munro nous le narre d une’ écriture qui nous restitue une voix  que l’on peut imaginer sourde.
L’héroïne est comme anesthésiée par son drame, et d’une manière improbable, un apaisement lui est offert .

Des personnages saisis à un moment de leur vie, ce ne sont pas forcément des drames qui nous sont proposés. Ce peut être un clin d’oeil malicieux du destin .comme dans la seconde nouvelle « fiction »,

dans la 3 éme nouvelle «  wenlock edge » les proches de la narratrice; sa coloc, son cousin lointain, par leur agissement, échappent à sa compréhension .

chaque nouvelle de ce recueil, il y en a 10 toutes sont d’égales qualités .

l’écriture subtile d’Alice Munro me fait comprendre les virages qui s’opèrent parfois dans une vie, ses personnages, souvent acteurs d’un destin qu’il n’ont pas pas choisi deviennent par la grâce de son style les héroïnes d’un quotidien pas si banal .
un mot pour défendre mon choix , le 1er recueil de nouvelles « les lunes de Jupiter «  ne m’avait pas enthousiasmé, malgré tout lectrice de nouvelles j’avais à la faveur d’une bonne critique récidivé avec « fugitives » son style le plus neutre possible qui met a l’écart tout jugement m’a peu à peu séduite, la sobriété de son écriture qui nous laisse maître de notre interprétation.

Christiane

27 février 2018

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par seldelavie
Charger d'autres écrits dans Critiques
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Le prochain livre pour la rencontre d’avril

Paul Auster, l’Invention de la solitude – le Livre de poche, 1994 Proposé par …